Septembre est arrivé, la vie reprend son cours, expositions à préparer, nouvelles oeuvres à terminer et  présentation du livre édité par Houel: " la femme bayadère ou cent et un fragments didpersés"
Il  vient de sortir  à la Galerne au Havre et est en vente dans les galeries où j'exposerai, à Caen , dès cet été ...

Thème, pourquoi devient-on peintre en 1968, quelle vie mènent les filles nées en 1936, quelle éducation  reçoivent-elles? 1968? l'année qui a fait bouger la jeunesse, garçons et filles, désirant sortir d'un carcan familial rigide, peu enclin à la liberté d'agir, quelles possibilités  avaient les filles pour  sortir du rang et continuer des études après le bac? Bien souvent elles se mariaient très jeunes, les futurs maris les voulaient à la maison, à leur place dans la société ... Peu ont pu faire des études et travailler , celà dépendait du niveau d'ouverture d'esprit des parents .
Voilà la base de l'histoire qui est racontée par Houel, elle est une fille qui a dû traverser la guerre et était elle aussi une migrante à ce moment là et c'est l'arrivée en Europe  d'une marée humaine qui a incité l'artiste a parler de la vie à cette époque et au lent chemin parcouru pour devenir " l'artiste peintre" qu'elle souhaitait être à défaut du prof d'Histoire passionnée d'archéologie qui était son idéal de jeune fille , après son bac! 
Comment on pouvait quand même sortir de l'impasse et se faire une existence " qui bouge" en dehors du foyer tout en restant fidèle au poste... Mes enfants étant mes meilleurs supporters dès le début, j'ai réussi à transformer ma vie!