C’est en 1969 que Josette HOUEL a abordé les techniques picturales en autodidacte, évoluant progressivement de la figuration classique vers une figuration stylisée très originale, faisant fi de la représentation du réel. A partir de 1976, elle a décidé de dérouler un « fil d’Ariane » à la recherche de sa cité mythique, pour en devenir, selon son expression,  « le gardien de sa mémoire ». L’œuvre peint de Josette HOUEL relève ainsi de ce genre noble que l’on a coutume d’appeler en Histoire de l’Art « Peinture d’histoire ». Il dévoile en effet une mythologie toute personnelle, évoluant dans le théâtre foisonnant de l’univers fantastique et symbolique de Houélée, avec ses édifices somptueux, sa statuaire antique, ses fresques luxueuses, mais aussi la vie de ses habitants énigmatiques, Les Houléïdes.
Josette HOUEL propose un corpus dynamique exceptionnel qui relève à la fois du Symbolisme et du Surréalisme, en mêlant une sorte de mysticisme à la vision étrange d’un microcosme fascinant semblant sortir d’un rêve. En humaniste infatigable, elle poursuit aujourd’hui son investigation de l’histoire des hommes, et de « l’individu dans ce vaste monde, son carré de survivance au milieu de tout ce qui bouge et peut le grignoter », pour nous inviter à la suivre dans de nouveaux voyages initiatiques…. 
 
Francine BUNEL-MALRAS, Historienne de l’Art