HOUEL
www.houel-peintre.odexpo.com

  Club des Ateliers d'Artistes

                             www.les.ludiques.com     critique de Andrée Muller

Classification                        Francis Parent

 Les Affiches Normandes      Luis Porquet
 Artension                            

www.Art-Culture-France.com 
                                            Jacques Duval 
                                            André Ruellan
                            
Madame…il est absurde et facile de jeter un salut de la main à qui s’élance et travaille, je m’en garderai donc, mais avec sympathie je vous souhaiterai…
l’insouhaité, jeune frère de l’impossible. Chance entière donc à vos efforts… bien à vous                                     René Char  27 octobre 76    l’Isle sur Sorgue
 

Beaucoup de colère et de compassion      les récents événements d’Iran ont inspiré josette houel qui jette un cri devant les remontées du fanatisme religieux, les mutilations intellectuelles, morales et physiques infligées aux femmes 
Figuration Critique 1979 «  visage, violence »      Daniel Fleury havre libre
 
Double jeu du théâtre social dans une fragmentation du temps et un empilement des espaces… décalage par l’intrusion d’éléments détonants, failles, césures, masques qui amènent un dédoublement de l’être, par rapport à lui-même, par rapport à ce qu’il voudrait être
                                                        Mr Balavoine novembre 79 Le Figaro
 
Une œuvre qui dérange, qui bouscule, elle peut redonner un nouveau contact positif avec les jeunes/ regards de demain                          Galerie des Arts 196
 
Bravo pour votre ténacité et l’intérêt de votre démarche       « Terres vives terres éteintes »                                     Jean Luc Chalumeau Opus 30.10.1980
 
Josette houel, peintre de la déchirure, sa démarche part du masque pour dépasser les apparences, il s’agit d’aller au delà du visible… un art incontestablement symbolique qu’il faut regarder à deux fois…c’est le jeu terrible des gens lucides et «  bien élevés »  la déchirure sur fond d’indifférence proche de l’œuvre de Bergman…
                                                                  Daniel Fleury havre libre 1980
 
Son œuvre est essentiellement narrative et singulièrement originale   André Ruellan
 
Médaille de bronze remise par Mme Annick Tissot attachée culturelle de la ville de Paris à Josette Houel, poète, pour les « carrés d’incertitudes »  à l’occasion des « Poésiades 82 Francophones »                     P Landreau Havre Presse
 
«  l’American Way of Life » passe par l’Art Expo de New York … cette année est bénéfique à Josette Houel qui vient d’être sélectionnée pour l’exposition internationale de Tokyo en février 85…elle est aussi pour ceux que cela intéresse correspondante de notre confrère Art Press…            D.F le havre libre
 
Imaginez, imaginez une cité perdue de l’an 3000 de notre ère, au bord d’une mer bleue et entourée de sable à perte de vue, symbole d’enfouissement, d’oubli et du temps qui passe. Imaginez de jeunes adolescents survolant dans la quatrième dimension, découvrant nos ruines d’aujourd’hui lézardées, pétrifiées dans une immobilité d’éternité…    les Icares, sont les jeunes myopathes pour qui l’expo se déroule à l’Hôtel de Ville du Havre sous la présidence du Professeur Michel Fardeau, de Mr Bernard Barataud et du Docteur Véronique Dubois…  l’homme conquérant, victorieux ne serait-il qu’une ombre ? derrière son masque il est fragile, étonné mais rayonnant de lumière…
Alexandre Vernon «  les chantiers d’Houélée, les Icares et les ombres du passé »

Avec «  Racines » l’homme évanescent d’Houélée laisse la place à la réalité troublante d’une précision et d’une force expressive presque insoutenable… l’homme à l’origine dans son élan irrésistible… un destin d’éternité ?   les racines, le germe indestructible qui se perpétue de génération en génération … les sculptures nous interpellent avec puissance, grandeur réelle et visages lamellés… des espèces de colosses incarnant la Vérité…quelques très lointains ancêtres… A. Vernon 1987
 
Tous ces personnages qui parlent, chantent, forment le chœur sacré de la scène de l’opéra, en réalité celui de la vie avec ses drames atroces, ses joies lumineuses, ses splendeurs dorées et ses noirceurs, ses enflures et ses petitesses…et toutes ces voix jamais discordantes mais d’une force insoupçonnée qui ose braver la nuit…
«  josette houel à l’opéra »  Alexandre Vernon mai 91  Havre Presse
 
Invitée à Moscou et à Léningrad par l’Association Forum de Moscou et par l’Union des Artistes de Léningrad, en écho de l’invitation faite à des artistes russes par Figuration Critique houel propose un décor idyllique et sauvage, un hymne à la joie coloré et dynamique…                                   A.V. Paris Normandie mars 91
 
«  A la découverte de Houélée  » connaissez vous la cité perdue d’Houélée ? on vient d’en retrouver les vestiges, Houel nous en fait des croquis et consigne ses notes et documents dans ce livre…                      D.F. Havre Libre 8 dec.95
 
L’œuvre de josette houel est une incursion dans le domaine surréaliste mais du coté solaire, il y a parenté de pensée avec Chirico, Max Ernst, Magritte, on dirait que les   personnages ont pris racines en voyageurs immobiles et cette étrange civilisation navigue par la force de la pensée                              Luis Porquet 12.02.03
 
Un lieu magique, inquiétant mais vif, riche en péripéties…on flirte avec des logiques d’une élégance surréelle, alimentées d’une écriture et d’un trait lié au Picasso des années trente… un art construit sur de solides références, haut en couleurs saturées où les plus belles pièces peintes prônent l’exigence d’un dessin de sculpteur/…
…Rémi Parment    josette houel invente l’Houélée           Sortir 16.01 2003 
 
josette houel possède un beau brin de plume, outre ses articles dans Art Press où nous écrivions à la même époque, elle a matérialisé ses pensées et ses fantasmes dans un livre évidemment magistralement illustré par ses soins. ….cette saga d’étranges personnages, natifs de cette cité d’Houélée, intérieure, inconnue, parée de signes étranges dans un environnement fluide, pittoresque et végétal…une
fascination irrésistible                      André Ruellan   Normandie-France .com
 
…elle s’est crée un monde unique où des êtres à demi végétaux déambulent en famille dans un décor antique. C’est le royaume onirique de Houélée, les habitants hybrides arborent une étrange morphologie….allégorie à la famille humaine liée, ligotée, notamment par les préjugés…
                                                        Luis Porquet les Affiches normandes 11.05
 
Presse 2010
Josette Houel présente ses carnets d’atelier.
On connaît bien Josette Houel au Havre où elle a créé en 1974 la galerie « Expression »une forme nouvelle. Actuellement elle présente ses «  images nomades » comme une période de renouveau dans son trajet. Une phase charnière qui revisite son petit monde des «  Houélides »….
Archéologie onirique
Depuis 1976 ces étranges personnages balisent le trajet de l’artiste et celui de la culture régionale, parisienne et bien au-delà. Elle les photographie, les transforme sur l’ordinateur, les remodèle, les adoucit ou les renforce. Grâce au numérique elle joue avec son original et sa réplique. Dépassant les apparences l’espace s’éclaire et s’ensoleille, faisant  place au renouveau …
 
                              Le Havre Presse Paris Normandie 22-4-2010
 
 
Ce nouveau projet de Josette Houel est un parcours plus onirique, un paysage bucolique, une aventure hors des sentiers battus : Un «  Hommage à Watteau » l’artiste qui mena ses personnages conquérir la campagne pour des fêtes qui jusque là étaient réservées à la noblesse. Liberté, voyage, sur une cartographie de phares, d’îles… Tout cela étant bien raconté dans le livre qui vient de sortir : Voyage ! Profitez donc de son passage pour voyager avec elle !
Vernissage le 3 septembre
                                  Le Havre Presse           Lundi 29 aout 2011          
 
 
Passionnée d’archéologie, grande voyageuse, la peintre a commencé à mettre son imagination sur toile en 1968, sans s’être arrêtée depuis. Après avoir passé plusieurs décennies sur sa série intitulée «  Cité d’Houélée » qui évoquait des villes englouties, sous le sable, tout en s’illustrant également en sculptures ou en photographies… elle travaille depuis peu sur le thème de l’évasion, de l’exotisme et de la nature qui a repris ses droits sur l’homme. Dotée d’une imagination sans frontière et d’un regard aiguisé elle possède aussi et surtout un coup de pinceau plein de vie et de détails qui témoigne dans chacun de ses traits du vécu de son auteur, qu’il soit artistique ou non.
                                    C. L.  Paris Normandie   4-9-2011